Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Les ateliers SNCF menacés ...

Après la fermeture de l'Ecole de Gendarmerie, la ville du Mans est exposée à l'éventuelle fermeture des ateliers SNCF du Mans.


Ayant pris connaissance d'un document présenté au Comité d'Etablissement Régional SNCF du 25 novembre 2008, une délégation intersyndicale des Ateliers SNCF du Mans est venu alerter le Conseil municipal sur une fermeture programmée du site, d'ici à 2013.




Ces ateliers SNCF sont situés en bordure de la Ligne Le Mans - Tours, sur près de 10 hectares dont 2,4 hectares de bâtiments.


Au 1er juillet 2008, 252 agents travaillent dans les ateliers du Mans à la maintenance et à la modernisation d'une partie du matériel roulant de la SNCF. Une trentaine d'emplois du personnel du Comité d'Etablissement Régional, et de l'entreprise de manutention et de nettoyage sous traitante, sera aussi directement impactée par cette fermeture.


Cette annonce intervient moins de cinq ans après la visite du Président de la SNCF sur le site des Ateliers du Mans, rappelant les restructurations de 1997 et 1999 qui avaient modifié l'activité de l'établissement, de l'entretien réparation des trains régionaux à celui de la pièce réparable, et réduit le nombre de salariés de 500 à 300 : "Il n'y a plus de doute sur l'avenir de l'établissement. (...) Vous avez accepté le changement. Vous avez solidifié l'établissement Je ne dis pas cela partout où je passe. La charge de travail est stable, et c'est vous qui avez gagné cette assurance."


De nombreux facteurs plaident en faveur du développement des charges d'activité et des effectifs de l'établissement du Mans qui possède toutes les garanties d'adaptabilité à l'ensemble des métiers SNCF.


L'étoile ferroviaire à cinq branches du Mans permet de desservir autant de régions administratives, et l'implantation des infrastructures permet une circulation de tous types de matériels, de toutes provenances, dans la boucle ferroviaire mancelle, donc sans ralentissement du trafic voyageurs.


Au regard des atouts géographiques et techniques du site, des performances et de la réactivité de l'établissement démontrée à plusieurs reprises, l'avenir des Ateliers du Mans est conditionné par l'affectation de charges d'activité justifiant dès aujourd'hui embauches et accroissement des effectifs.


La Ville du Mans ne peut accepter la décision injustifiée de fermeture de ses ateliers SNCF en 2013. La Collectivité n'a aucun besoin de ce site, qui a une vocation ferroviaire et doit la conserver. Les ateliers sont implantés depuis 1913 au Mans, et ont toujours su faire preuve de leur adaptabilité aux différentes restructurations.


Le Conseil Municipal, réuni en assemblée le 27 novembre 2008, a donc manifesté son opposition à la décision de la SNCF de fermer ses ateliers du Mans, et demandé l'attribution d'un plan de charges qui en garantisse la consolidation et le développement.


De mon côté, j'ai écrit au Directeur de la SNCF pour l'interroger sur le devenir du site et lui faire part de mon inquiétude.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

blagman 30/11/2008 23:08

et oui, c'est la crise... Tout le monde est touché. Dans tout les secteurs, les intérimaires et les prestataires (intérimaires qualifiés en fait) sont plus ou moins priés de partir. Là où je travaille, on parle de 150 départs de prestataires sur 500 entre octobre et décembre... mais bon, des prestataires ou des intérimaires, on n'en parle pas contrairement aux "salariés fixes". cf Renault et tout les sous traitants.
Après, on peut comprendre les cessations des contrats intérimaires ou du chômage technique dans l'industrie : les ventes baissent, les stocks augmentent et les entrepôts sont saturés.
Mais là, d'après ce que je comprend, il n'y a pas de raison de stopper les ateliers SNCF du Mans. Comme vous le signalez, ils sont bien situés. Mais en plus, l'activité est régulière puisqu'il est nécessaire d'entretenir le réseau et le matériel. Si la SNCF commence à ne plus entretenir correctement son matériel, c'est le début de la fin : les dégradations vont augmenter, ou seront plus visibles, ça va décourager les voyageurs, ça va faire baisser le chiffre d'affaire, et il faudra encore supprimer des centres de maintenances qui ne rapportent rien. Le cercle est vicieux, alors qu'il pourrait être vertueux : Il suffit d'avoir du bon matériel, une politique tarifaire intéressante, ça fera revenir ou ça conservera les clients, pour augmenter le trafic, les résultats, et donc l'activité. Mais bon, je suis un peu utopiste... Sans doute déjà dans mes rêves...