Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Les socialistes et la Tranquillité publique : enjeux et propositions

A mon intiative, la section Le Mans Sud du Parti Socialiste s'est réunie le 30 septembre dernier autour de la thématique de la Sécurité avec pour intervenants Lionel LETOURNEAU, représentant syndical de la Police Nationale et Daniel PENEAUD, Directeur du service Tranquillité publique de la Ville du Mans.

 

octobre-201-debat-secur--01-.JPG

 

Les échanges très intéressants et nourris pas nos intervenants ont permis de dresser un état des lieux sur la question de la sécurité.

 

L’occasion de dénoncer la très forte dégradation des conditions de travail des forces de l’ordre du fait de la diminution constante des effectifs (- 8 000 postes en 4 ans) et plus généralement des moyens permettant à la Police de faire son travail correctement. Dans le même temps, plusieurs intervenants ont rappelé combien la question de la sécurité était devenue un instrument entre les mains d’un pouvoir aux abois qui joue sur les peurs pour faire oublier ses propres difficultés. Il ne faut, en effet, pas oublier que Nicolas Sarkozy est en responsabilité sur cette question depuis 2002 … ce qui ne l’empêche de multiplier les déclarations de guerre qui mettent en relief son propre échec sur cette thématique : la 7ème loi sécuritaire de l’ère Sarko est actuellement en discussion au Parlement alors que les six précédentes n’ont pas permis un recul de la délinquance.

 

Plusieurs intervenants ont également tenu à mettre en avant l’exemple de la Ville du Mans qui, tout en assumant le choix de ne pas mettre en œuvre une Police municipale, a renforcé ses moyens autour des actions de prévention et de médiation dans l’espace public laissant à la Police nationale l’intégralité des missions de répression et d’enquête judiciaire. Ce travail de coproduction de la Tranquillité publique entre la municipalité et la Police nationale permet d’ailleurs à notre ville d’être l’une des grandes villes de France les plus sures.

 

 

Au-delà de ces constats partagés, plusieurs propositions ont émergé du débat :

 

  • Privilégier le terme de « Tranquillité publique »  au terme de « Sécurité » afin de progressivement sortir de cette logique purement sécuritaire dans laquelle la Droite souhaite enfermer le débat.

 

  • Renforcer les liens entre la Police et les habitants par la mise en œuvre d’une Police nationale de proximité comme ce fut le cas sous le gouvernement de Lionel Jospin. Le choix de la Police de proximité implique d’autres pratiques à travers le passage d’une police de « réaction » et de « confrontation » à une Police de prévention qui dispose d’une meilleure connaissance du terrain.

 

  • Renforcer les moyens des forces de l’ordre en mettant fin au non-remplacement d’un agent sur deux et en mettant l’accent sur une meilleure formation des policiers par l’augmentation progressive du niveau d’entrée dans les écoles de Police.

 

  • Mettre en œuvre une politique de prévention globale associant l’ensemble des acteurs de la thématique de la Tranquillité publique. Les Contrats Locaux de Prévention de la Délinquance doivent jouer un rôle majeur dans cette politique qui visera à renforcer les actions de prévention.

 

  • Un programme national de lutte contre les dangers de l’alcool est une priorité au regard des conséquences dramatiques des phénomènes d’alcoolisation qui ne se limitent pas aux troubles à l’ordre public mais sont également à l’origine de nombreux drames : accidents de la route, violences intrafamiliales …

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

sebastien133 31/10/2010 16:28


L'alcool tue 45000 personnes chaque année en France, soit 10 fois plus que l'insécurité routière.

Quand est-ce qu'un gouvernement, de droite ou de gauche, s'impliquera réellement sur ce sujet de santé publique?


Christophe Counil 23/11/2010 21:40



D'accord à 100%