Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Sarkozy en campagne… aux frais du contribuable !

Depuis son entrée à l’Elysée, le Président sortant a une unique obsession : assurer sa réélection.

 

Le 11 octobre dans la Creuse, il passe une demi-journée à critiquer le projet socialiste.

 

Le 27 octobre sur TF1 et France 2, il consacre 1h30 de temps d'antenne non décompté par le CSA à expliquer aux Français qu'il serait irresponsable, dans la tempête, de changer de capitaine.

 

Le 15 novembre à Bordeaux, reprenant les slogans de la droite sur l’assistanat,  il dessine les contours du projet économique et social de l'UMP pour 2012.

 

Le 25 novembre, au Tricastin, il passe trois quarts d’heure à attaquer en le caricaturant le projet de transition énergétique porté par la gauche et les écologistes.

 

Le 1er décembre, à Toulon, il donne le ton de la campagne de la droite devant l’ensemble des notables de son parti et 5 000 militants.

 

Sarkozy-toulon.jpg


Chef de parti et chef de l’Etat, Sarkozy confond comptes de campagne et comptes publics. La Cour des comptes a évalué les déplacements rituels du Président sortant (une demi-journée de communication dans un département) entre 130 000 et 300 000 euros, sans compter les frais engagés pour mobiliser les gendarmes et les policiers chargés d’assurer sa sécurité.

 

Un meeting comme celui de Toulon (réservation d’un Zénith, acheminement de plusieurs milliers de militants et sympathisants UMP, sécurité) coûte en moyenne 150 000 euros. Avec un rythme de deux déplacements par semaine, c’est une facture de campagne de plusieurs millions d’euros par mois que M. Sarkozy fait payer par les Français auxquels il demande de se serrer la ceinture !

 

A longueur de discours, M. Sarkozy ordonne aux Français de faire des économies : et s’il commençait, lui, en évitant la gabegie des dépenses partisanes sur fonds publics. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

blagman 05/12/2011 16:34

histoire de jouer à l'avocat du diable : Qu'avez-vous à répondre aux ténors de l'UMP qui ont accusés les primaires socialistes (et surement, les futurs meetings) d'utiliser les moyens des régions
(toutes socialistes ou presque) ?