Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Pour une vraie réforme de l'enseignement de l'Histoire - Géographie

Depuis plusieurs jours, le débat sur la place de l'enseignement de l'Histoire - Géographie au lycée fait rage suite à la décision ministérielle de supprimer cet enseignement en classe de Terminale scientifique.

 

Au premier regard, on pourrait être séduit par cette proposition car d'après ses promoteurs elle permet de renforcer l'enseignement des matières scientifiques en Terminale sans pour autant désavantager l'Histoire - géographique qui disposerait de 4 heures au lieu de 2h30 en classe de première avec une évaluation comptant pour le baccalauréat à l'issue de la classe de première comme c'est le cas pour le Français depuis de nombreuses années.


Histoire geo 1

 

A y regarder de plus près, cette proposition ressemble pourtant à une belle escroquerie intellectuelle.

 

Tout d'abord, cette proposition revient à supprimer une heure d'enseignement  puisque les élèves de la série S disposent actuellement de 2h30 de cours en Première et Terminale soit un cumul de 5 heures. Après, le gouvernement ose dire qu'il ne souhaite pas faire d'économies à travers cette réforme.

 

Ensuite, cette proposition revient à supprimer pour les élèves de Terminale un des instruments essentiels à la compréhension du monde d'aujourd'hui. Cette discipline est fondamentale car elle étudie les rouages politiques, culturels, sociaux et économiques dans lesquels le citoyen va évoluer toute sa vie. L'histoire et la philosophie sont les éléments fondateurs de la compréhension du monde et de la démocratie. Ce n'est pas en cours de chimie, de mathématiques ou de biologie que les élèves se familiariseront avec l'ensemble de ces enjeux. Et puis, quelle idée ridicule de cantonner les terminales S aux seules questions scientifiques. Bien des lycéens ne feront pas, ensuite, carrière dans ce domaine. Les priver d'Histoire serait une grande erreur.

 

Enfin alors que les programmes d'Histoire -géographique du cycle Terminal sont déjà trop copieux, les comprimer en une seule année est impensable, sauf à « gaver » les élèves.

 

Bien entendu, beaucoup penseront que je réagis de façon corporatiste en défendant avant tout ma chapelle ; pourtant, ce n'est pas l'enseignant qui parle mais le simple citoyen qui souhaite exprimer sa colère et sa stupéfaction.

 

A mon sens, une réforme de l'Histoire - Géographie est cependant possible. Elle consisterait d'abord à alléger le contenu de l'enseignement tout en rénovant complètement le mode d'évaluation des élèves au baccalauréat. En effet, aujourd'hui les différentes épreuves proposées aux candidats visent avant tout à mesurer les connaissances au détriment du raisonnement. Si bien que l'enseignement consiste avant tout à apporter aux élèves ces fameuses connaissances indispensables au moment des épreuves. L'enseignant cours alors après le temps pour boucler ce fameux programme. Il serait pourtant bien plus productif de travailler davantage sur le fond, d'amener les élèves à davantage de réflexion en lien avec l'actualité afin de développer à la fois leur compréhension du monde et leur sens critique. Mais cela c'est une autre histoire …

 

Histoire géo 2

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves Ollivier 14/12/2009 19:09


D'accord avec toi sur ton analyse, Christophe.
Mais j'aurais aimé y trouver aussi le fait que certaines matières sont devenues variables d'ajustement.
Ce qu'il faut faire comprendre aussi aux parents d'élèves et aux élèves c'est que l'on ne supprime pas impunément 50 000 postes d'enseignants. Et que la conséquence est là : suppression
d'enseignements.


blagman 14/12/2009 13:33


Je suis hyper partagé là dessus.
Il me semble avoir lu que le nombre d'heure d'histoire-géo serait plus élevé d'une heure en seconde. Ce serait du coup une opération "blanche".

Je suis passé par une terminale S, et j'avoue que l'histoire-géo faisait partie des matières que je suivais avec grand intérêt. Par contre, je n'ai pour ainsi dire jamais travaillé mes
cours(Rassurez-vous, il y a une justice, le résultat n'a jamais été brillant. Sauf parfois dans l'épreuve de coloriage... heu, de la carte en géo). En TS, on a suffisamment de choses à travailler,
et l'histoire-géo, les langues, la philo etc... ça passe souvent à la trappe. Pire. Pour moi, les semaines ou le devoir sur table hebdo était HG, c'était semaine de repos.

Voilà donc des arguments en faveur de la suppression de l'histoire-géo en terminale S. Cependant, dans l'année où l'on acquiert la majorité, il me semble utile d'avoir un éclairage sur le monde
d'aujourd'hui.

Enfin, il ne faut pas oublier qu'un peuple sans Histoire, est un peuple qui va finir sous le joug d'une dictature...