Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Enquête Ouest-France sur la santé financière des départements : en Sarthe, la situation reste difficile

Comme chaque année, Ouest-France a publié ce matin son enquête sur l'évolution des impôts locaux. La rédaction mancelle du quotidien m’a demandé de réagir à la partie concernant la santé financière des Départements. Voici en avant-première les quelques mots qui seront publiés dans l'édition de lundi matin.

 

OF-sante-financiere-Cg-72.jpgCliquer sur l'image pour une meilleure lecture


A la lumière des données publiées par Ouest-France dimanche, on note que la situation financière du Conseil général est difficile.


En effet, le budget du Conseil général reste cette année encore grevé par les transferts de compétence décidés au début des années 2000 par les gouvernements UMP. Ainsi en 2012, le Département a du absorber 25 millions (M€) de charges supplémentaires au titre de l’acte II de la Décentralisation, 13 M€ pour le Handicap et 34 M€ pour l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie.


La conséquence de ces charges nouvelles transparaît dans l’enquête puisque le taux départemental de la taxe foncière a augmenté de 17% depuis 2008. Par ailleurs, l’enquête reste incomplète car sur cette même période, la part départementale de la taxe d’habitation avait fortement augmenté (+28% en moyenne entre 2008 et 2009) du fait d’un tripatouillage de son mode de calcul par la majorité UMP.


Enfin, l’indice d’excédent de gestion qui était qualifié de bon l’année précédente est désormais qualifié de moyen par rapport aux autres départements de la Région qui font mieux que la Sarthe. Il est toutefois en légère augmentation du fait des coupes qui se poursuivent dans le budget départemental : diminution des subventions aux associations et réduction importante du soutien aux Communes (- 16% entre 2011 et 2012).


L’année 2013 est, à nouveau, marquée par une augmentation des impôts départementaux (+2%) … ce sont pourtant les mêmes élus UMP qui réclament une pause fiscale !

Partager cet article

Commenter cet article