Le Blog-notes de Christophe COUNIL

ADF: Christophe Counil dénonce le double discours de Jean-Marie Geveaux

Profitant du Congrès annuel des Départements de France qui se tient à Lille, le Président Geveaux a décidé unilatéralement de quitter cette association pluraliste qui rassemble l’ensemble des Conseils généraux de France. A travers cette décision, il souhaite dénoncer la « mort des Départements ».

 

Le groupe des Élus de gauche tient à dénoncer cette attitude purement démagogique qui semble de plus en plus dicter les prises de positions du Président sarthois du Conseil général.

 

En effet, pendant plus de dix années (2002 – 2012), les Conseils généraux ont subi des décisions gouvernementales qui ont conduit à leur asphyxie progressive :

-          Non-respect des clés de financement de l’APA ;

-          Transfert de la compétence du handicap ;

-          Acte II de la décentralisation sans compensation financière adaptée.

 

L’ensemble de ces décisions représente sur le budget 2012 du Conseil général de la Sarthe une charge financière supplémentaire de 58 millions d’€uros qui grève les finances départementales.

 

Par ailleurs, la réforme fiscale entreprise par le gouvernement de François Fillon avec la suppression de la Taxe professionnelle et de la part départementale de la taxe d’habitation, a privé le Département d’une grande partie de ses recettes en reduisant son autonomie fiscale à moins de 20% de ces dernières.

 

L’ensemble de ces décisions a été à l’époque accepté et soutenu par le Président Geveaux et sa majorité. Pourtant ce sont ces décisions qui ont progressivement asphyxié les Départements de France les privant des moyens pour mener à bien les politiques de Solidarité qui sont leurs compétences premières.

 

Depuis le changement de majorité gouvernementale, le Président Geveaux semble enfin prendre conscience des difficultés que lui et ses amis de l’UMP ont créées depuis 2002, attendant du nouveau pouvoir qu’il puisse trouver des solutions aux dégâts précédemment occasionnés. A l’impossible nul n’est tenu.

 

Cette technique du double discours en fonction de la majorité gouvernementale n’est pas acceptable.

La démagogie à laquelle se livre le Président Geveaux contribue à discréditer la parole des élus dans une période où nous avons plus que jamais besoin de cohérence à la tête de nos collectivités locales.

 

Pour sa part, le groupe des Élus de gauche n’a pas changé de discours depuis mai 2012. Nous continuons à réclamer la compensation par l’État des charges supplémentaires transférées, nous continuons à réclamer une réforme fiscale qui rendrait leur autonomie financière aux Départements de France et nous continuons à dénoncer le recul des Dotations de l’Etat aux collectivités locales.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article