Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Acte I de la bataille des petits chefs locaux de l'UMP

 

La lecture de la presse quotidienne est souvent très intéressante. C'était particulièrement le cas aujourd'hui après les déclarations tonitruantes de Dominique LE MENER (voir Ouest-France) qui n'a pas digéré les résultats du vote désignant Jean-Marie GEVEAUX, comme chef de file de l'UMP pour les prochaines élections cantonales.

 

Pour une fois, Dominique LE MENER ne dit pas que des bêtises mais nous donne des informations très intéressantes. Petites explications de texte :

 

1er extrait:  "Lorsque Roland [du Luart] a annoncé qu'il ne se représenterait pas, nous n'avions plus de chef de file pour la campagne. C'est lui que nous avons élu lundi. Pas le Président"

Traduction : Jean-Marie GEVEAUX n'est donc pas assuré d'être le candidat de l'UMP à la Présidence du Conseil général puisqu'il y aura un nouveau vote des élus UMP après les élections. Cela signifie clairement que lorsque les Sarthois glisseront leur bulletin dans l'urne, ils ne connaitront pas le nom du candidat de droite à la présidence du Conseil général. Bravo la transparence ! Vive les petits tripatouillages entre "copains" ! Heureusement, à gauche, les choses seront plus simples : le chef de file désigné démocratiquement en octobre sera le candidat de la gauche à la Présidence du Conseil général.

 

2ème extrait: "Nous ne sommes pas certains de gagner"

Traduction : Dominique LE MENER traduit la forte inquiétude de l'UMP locale qui a compris qu'elle risquait de perdre la majorité au Conseil général. Jusqu'à présent ce discours était tenu en privé, désormais il est public.

 

3ème extrait: "On ne sait pour qui voteraient les trois nouveaux [conseillers généraux remplaçant R. du Luart, M. P. Cléach et P. Hellier qui ne représentent pas] s'ils sont de la majorité"

Traduction : L'UMP risque même de perdre des sièges historiquement acquis à la droite … c'est en tout cas la volonté de la gauche de les reprendre et nous aurons d'excellents candidats dans ces trois cantons.

 

4ème extrait: "un autre détail chatouille le député, la tâche présidentielle annoncée à temps plein par le chef de file non parlementaire.  Il suffit de gérer son temps. On a eu d'autres présidents parlementaires […] et être au Conseil économique et social [lieu de retraite de M. Geveaux depuis sa défaite aux législatives], ça ne prend pas de temps ?".

Traduction : Dominique LE MENER confirme que si la droite l'emporte, le Conseil général n'aura pas un élu un temps plein comme l'exige la situation mais encore un cumulard plus présent à Paris que dans le Département. A gauche, les choses seront claires, le Président n'aura aucun mandat national et sera à temps plein à la tête du Conseil général.

 

5ème extrait: "Les comptes [du vote interne] montrent que rien n'est joué pour la suite".

Traduction : Nous ne venons de vivre que l'acte I de la bataille des petits chefs locaux de l'UMP. Vivement la suite.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article