Le Blog-notes de Christophe COUNIL

"L'Histoire jugera"

Depuis quelques jours, on ne parle plus que de Barak OBAMA. Pour ma part, j'ai plutôt envie de vous parler du Président sortant Georges W. BUSH qui vient de faire ses adieux avec cette phrase assez juste -une fois n'est pas coutume - « l'Histoire jugera » balayant d'un trait de plume toutes les critiques émises à l'encontre de ses deux mandats à la tête des Etats-Unis d'Amérique.


« L'Histoire jugera » ... et bien prenons le au mot. Quel souvenir le président W. Bush laissera dans les livres d'histoire ? Je pense qu'à son sujet on pourra évoquer une triple impasse :


Une impasse diplomatique

Alors, qu'il était tenté par un retour à la vieille doctrine Monroe conduisant les États-Unis à se tenir éloigner des affaires du reste du monde, les attentats du 11 septembre 2001 ont conduit le Président Bush à s'intéresser à ce qui se passait sur les autres continents. Négligeant la communauté internationale et l'ONU, le président Bush  a alors mis en œuvre une politique étrangère unilatérale conduisant à un fiasco considérable : intervention militaire en Afghanistan, guerre en Irak, relance de la guerre froide avec la Russie, échec du dialogue avec l'Iran, soutien sans faille à Israël au détriment du processus de paix ...


                     Plantu, Le Monde, 2003


Autant d'échecs qui ont conduit à déstabiliser un peu plus le monde.  De la même façon, le refus américain de ratifier le traité créant la Cour Pénale Internationale ou les pratiques liberticides de Guantanamo ont contribué à jeter l'opprobre sur une nation qui a toujours été à la pointe du combat pour la liberté.


Une impasse économique

Il serait bien sur trop facile de mettre au passif de l'administration Bush la crise économique qui secoue la planète depuis quelques mois. Toutefois, elle a certainement sa part de responsabilités dans cet élément qui contribue au désordre actuel. En effet, convaincu de la justesse des thèses ultralibérales, le Président Bush a systématiquement refusé les propositions qui auraient permis d'encadrer et limiter les effets du Capitalisme financier dont on mesure aujourd'hui l'étendue des ravages. Première puissance économique de la Planète, les Etats-Unis sont aujourd'hui dans une situation catastrophique marquée par l'explosion du chômage et des difficultés financières sans précédents.


Une impasse écologique

Prisonniers des lobbies de l'industrie pétrolière, le Président Bush a également refusé toutes les mesures permettant de lutter contre le réchauffement climatique  et la dégradation de notre environnement. Premiers pollueurs et premiers consommateurs d'énergie de la planète, les Etats-Unis auraient dû être à la pointe de ce combat ... Ils ont préféré se mettre en marge en refusant notamment de signer le Protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre.


Alors, l'histoire jugera, certes, mais les charges pesant contre le Président sortant sont déjà bien lourdes. L'espoir placé dans Barak Obama en est d'autant plus immense puisqu'il lui appartient de sortir les Etats-Unis d'Amérique de l'impasse des années Bush.




Barak Obama, un super héros très attendu ...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Demarbre 22/01/2009 10:14

Bravos pour les Etats Unis.
Le Président Barack Obama a un travail énorme à faire que ce soit en politique intérieur et extérieur, mais je pense qu'il réussira;
Espérons que cela servira d'exemple aux hommes et femmes politiques Français et Européens, pour une vrai démocratie sociale et équitable pour tous