Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Sarkozy épingle le délit d'opinion ...

Depuis quelques temps, notre cher Président de la République a décidé de mettre en application l'article 26 de la vieille loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 pour faire condamner les personnes portant offense à sa grandeur (je ne parle pas de son physique).


Ainsi en février 2008, un militant du Réseau d'Éducation sans Frontières dans le Jura a été condamné à 800 euros d'amende et 1 euro de dommages et intérêts pour avoir comparé Nicolas Sarkozy au Maréchal Pétain. Plus récemment, un mayennais a été condamné pour avoir brandi sur le passage du cortège présidentiel une pancarte « Casse toi pauvre con ». Hervé Eon aurait plutôt dû être jugé pour plagiat, puisque l'auteur de ces propos est Nicolas Sarkozy. Sauf à considérer que ce qui est sanctionnable pour l'un, ne le serait pas pour le Président, pourtant garant de l'égalité républicaine. Enfin, comment ne pas évoquer cette malheureuse affaire des poupées vaudous à l'effigie de Nicolas Sarkozy ... on frise le ridicule.

 


Cela me rappelle une aventure survenue à un dénommé Vicari condamné dans les années 60 pour avoir fait « hou-hou » au passage de la voiture du Général de Gaulle. Cette histoire aurait pu tomber dans l'oubli mais elle avait été reprise par François Mitterrand dans le Coup d'État permanent, ce magnifique brûlot contre la dérive gaulliste des institutions.  Je ne résiste au plaisir de vous en livrer un court extrait :  


« Vicari, donc, a crié « hou hou » au général de Gaulle qui remontait les Champs-Élysées et son « hou hou » a ébranlé les fondements de l'État. Pour ce « hou hou » la police l'a interpellé, arrêté, questionné, la justice l'a inculpé et condamné. Sans doute les mauvais esprits qui apprendront son aventure l'absoudront-ils en prétendant qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat, sans doute les indulgents qualifieront-ils sa brève interjection de déplaisante, au pire d'irres­pectueuse, mais les honnêtes gens sauront qu'un pays capable de punir « hou hou » de 1 000 francs d'amende est un pays défendu contre l'anarchie, contre le terrorisme, contre le régicide, bref contre l'antigaullisme et surtout contre cet antigaullisme spontané, exclamatif et impudique qui ose se livrer à d'intolérables débordements au beau milieu de la voie publique. »


Comme quoi, Sarkozy a bien des côtés gaullistes !

Partager cet article

Commenter cet article

mickael 17/11/2008 21:40

si l'on a même plus le droit d'utiliser une citation de chef d'état...