Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Où va le Parti Socialiste ?

Depuis le vote des militants du Parti socialiste jeudi dernier, je suis assailli de remarques sur l'avenir de ma formation politique. Les commentaires sont très variés mais tous s'accordent sur la mauvaise image donnée par le PS et s'inquiètent de son incapacité à représenter une alternative crédible à la politique du duo infernal Sarkozy - Fillon.


Au premier abord, je suis assez tenté de partager ce sentiment. Toutefois, quand on y regarde d'un peu plus près, que constate-t-on ?


Le PS est aujourd'hui à un tournant de son histoire du fait du départ de François Hollande, de l'effacement des anciens leaders qui s'étaient entredéchirés au Congrès de Rennes (Fabius, Rocard, Mauroy, Jospin ...) et de l'émergence d'une nouvelle génération de responsables.


L'histoire et la tradition de notre parti conduisent naturellement à donner la parole aux militants lors d'un vote afin de définir notre stratégie et élire nos dirigeants.  Or, un vote s'accompagne toujours d'un débat contradictoire où chacun peut faire valoir ses arguments et se prononcer sur les propositions de ses concurrents.  Cela se nomme un débat démocratique.  


Ce débat a été suivi d'un vote à bulletin secret. Cela se nomme la démocratie. Peut-on légitimement se plaindre qu'une grande formation politique opte pour la voie de la démocratie ? Je ne le pense pas à moins de satisfaire des pratiques de l'UMP dont les responsables sont désormais désignés par l'Élysée.


Au caporalisme de l'UMP, je préfère de loin la démocratie qui à cours au Parti socialiste même si le débat conduit parfois à quelques excès ... qui ont, par ailleurs, été particulièrement mesurés.


Si je regrette, comme de très nombreux militants, que le résultat du vote n'ait pas été plus tranché ... il n'en demeure pas moins qu'une motion est arrivée en tête ; celle initiée par Ségolène Royal et conduite par le maire de Lyon, Gérard Collomb. Il leur appartient désormais de proposer aux signataires des autres motions de se rassembler derrière une stratégie clairement définie et derrière un candidat au poste de premier secrétaire national. De même, il appartient aux autres motions de considérer que le vote des militants doit être respecté et participer à ce rassemblement.  C'est à cette condition que le Parti socialiste parviendra à redresser la tête et retrouver les faveurs de son électorat. Je pense que cette attitude prévaudra massivement à l'intérieur du Parti.


Il est également vrai que certains peuvent être tentés par d'autres choix et notamment le TSS (Tout Sauf Ségolène) ... cette stratégie conduirait nécessairement à l'affrontement et l'effet serait désastreux dans l'opinion publique.


Il en est de même en Sarthe. Patrick Delpech premier secrétaire en titre n'étant pas candidat à sa propre succession après 16 années de bons et loyaux services, plusieurs candidats se sont déclarés pour prendre sa relève. Avec plus de 30% des voix (43% sur les Quartiers Sud du Mans) la motion de Bertrand Delanoé étant arrivée en tête, il lui appartient de construire ce rassemblement autour d'un candidat issu de ses rangs : notre député européen Stéphane Le Foll.


Cela sera le sens de mon action dans les jours qui viennent.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pat 72 12/11/2008 15:54

J'ai regardé l'autre soir l'émission Mots croisés d'Yves Calvi. Manuel Vals et Benoît Hamon, qui ne sont pourtant pas sur la même ligne, peu s'en faut, ont su, tout en gardant leur identité, donner du parti une image tonique grâce à leurs qualités de débatteurs et leur force de convictions. Ils ont su faire front de manière efficace et ils ont donné du fil à retordre aux représentants de la droite, y compris Mr Copé. Avec des gens comme ça, le parti Socialiste a de beaux jours devant lui. Faisons de même en Sarthe, en choisissant comme secrétaire de fédération quelqu'un qui ait la volonté de rassembler les énergies autour de lui, de proposer de nouvelles façons de travailler et qui soit déjà identifié par l'ensemble des militants (et par les médias) pour son combat mené contre la droite sur le terrain( Fillon, ce n'est pas rien). Stéphane Lefoll est sans aucun doute, celui qui répond le mieux à ces deux critères.

blagman 12/11/2008 09:02

Un débat démocratique certes, mais j'ai l'impression que le PS devient comme les verts. Dans quelques temps, il y aura plus de motions ou de courants que de militants.

Si je continue la comparaison avec les autres partis, c'est quand même plus sain qu'à droite :
- chez Bayrou, le vote se fait à main levée, et pour le vote non, la question est "y a quand même personne pour voter non ?"
- à l'ump, il y a le vote prôné par Sarko et le reste : du coup, le résultat est clair et net... Mais est-ce plus démocratique d'avoir 4 personnes à 25% ou une personne à 95% ?

Éliane et Jacky 11/11/2008 14:26

On peut déjà se réjouir de la mobilisation des militants sarthois (73%) signe que la démocratie fonctionne. La candidature de Stéphane Le Foll est complètement légitime, il a la compétence et peut s'appuyer sur son expérience nationale et européenne. N'étant plus directeur de cabinet de François Hollande il a décidé de mettre sa disponibilité au service de tout le PS sarthois. Il propose donc aux militants sarthois un vrai projet pour le développement et le rayonnement de la fédération.

eva2007 10/11/2008 23:29

Je suis d'accord avec vous sur l'ensemble de ce que vous dites.
Mais quand on pense qu'une petite moitié des militants PS n'a pas trouvé dans les différentes candidatures de quoi mobiliser son engagement; on peut s'interroger sur le pourcentage de militants satisfaits de voir Ségolène Royal avec les clés de la maison! (je ne parle pas de Sarkozy , qui,lui, est absolument aux anges!
En revanche les orientations en Sarthe devraient conduire à un rassemblement efficace autour d'un candidat indiscutable qui saura faire remonter à Paris les fruits d'une réflexion riche et collective.
C'est encourageant!