Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Récession, vous avez-dit récession ...

Depuis ce matin, les médias ne cessent d'évoquer la panique qui s'est emparéé des places boursières suite à la déconfiture d'une grande bourse américaine qui risque d'entrainer dans son sillage d'autres institutions financières. Je ne suis pas forcément très compétent pour commenter ce genre d'évènements mais quelques évidences s'imposent :

Tout d'abord, "la crise des subprimes" est avant tout une crise de ce capitalisme financier débridé qui place l'argent avant toutes choses. Il y a vraiment des jours ou je trouve que le solgan de la LCR "nos vies valent mieux que leurs profits" trouve tout son sens.

Peut-on pour autant se féliciter de cette baisse importante et brutale des principales places boursières de la planète ? Je ne le crois pas car au bout du compte tout le monde risque de souffrir de la dégradation de l'économie : hausse des taux d'intérêts, réduction des investissements des entreprises et donc de la production, baisse de la consommation ... et au final, hausse du chomage. Le spectre de la récession économique n'a rarement été aussi intense qu'en ce moment. La crise nourrit la crise, je renvoie chacun à ses souvenirs des cours d'histoire sur la crise des années 30, née le jeudi noir du 24 octobre 1929 à Wall Street.

Face à cette situation que peut la France : rien ou pas grand chose ; d'ailleurs, le gouvernement est avant tout spectateur plus qu'acteur du mouvement actuel. Ce n'est pas un critique mais juste un constat.




Faut-il pour autant baisser les bras ? Non, car la réponse existe probablement dans un renforcement de l'intégration économique européenne. Unie, l'Europe a en effet les moyens de réagir collectivement et peser sur la scène internationale. Malheureusement, nous en sommes encore loin.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article