Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Une tragédie en trois actes au Conseil général

La session plénière du Conseil général de la Sarthe le 30 juin dernier, première session depuis le renouvellement électoral du mois de mars a été particulièrement tendue. Comme dans les tragédies classiques, la pièce s'est déroulée en 3 actes :


Acte I : Une situation financière de plus en plus délicate

L'état réel des dépenses et recettes de l'an passé montre une nouvelle fois que la décentralisation et les erreurs de gestion de la majorité UMP ont conduit les finances départementales dans une situation de plus en plus difficile : hausse importante des dépenses de fonctionnement, diminution de la capacité du Conseil général à autofinancer ses investissements et augmentation de l'endettement de la Sarthe alors qu'elle déjà l'un des départements les plus endettés de France.


Acte II : Diminution du soutien apporté aux familles et aux communes

Face à cette situation, la majorité UMP du département a choisi de réaliser des économies en réduisant les dépenses du Conseil général notamment en sacrifiant les communes et les familles sarthoises :


  • Suppression des aides aux écoles primaires et maternelles sarthoises pour financer les échanges scolaires, les visites de fermes pédagogiques et les classes environnement.
  • Suppression des bourses départementales versées chaque année à 2500 lycéens sarthois.
  • Suppression de l'aide de 5% à la réhabilitation des logements sociaux y compris pour les opérations de Rénovation Urbaine des quartiers Sablons, Ronceray - Glonnières.
  • Diminution de deux-tiers de l'enveloppe destinée à soutenir les communes sarthoises dans leurs travaux urbains d'embellissement des centre-bourgs.



Acte III : Tripatouillage des impôts locaux

Pour faire face aux difficultés financières du Conseil général, la majorité UMP n'a jamais hésité à augmenter les impôts locaux : + 12.5% en 3 ans. Pour parvenir au même résultat en 2009, les élus UMP ont cette fois-ci trouvé une autre solution en se livrant à un tripatouillage permettant d'augmenter de 5% le produit de la taxe d'habitation l'an prochain sans pour autant voter une augmentation des taux d'imposition.


Comme l'expliquait Ouest-France dans son édition du 1er juillet,  la majorité départementale a réussi un joli coup en adoptant une reforme de sa politique fiscale conduisant à faire « surtout payer les habitants de la métropole mancelle ».  Ainsi, un couple manceau avec deux enfants à charge verra la part départementale de sa taxe d'habitation augmenter de 31€ en 2009.


Ce tripatouillage est d'autant plus indigne que les personnes dont la taxe d'habitation est actuellement plafonnée du fait de la faiblesse de leur revenu paieront la totalité de l'augmentation, l'État ayant bloqué depuis 2005 le montant des dégrèvements dont ils peuvent bénéficier.


Faire payer les pauvres et les habitants des villes tout en épargnant les habitants de la zone rurale est donc le nouveau credo fiscal de la majorité UMP du Conseil général.


L'ensemble de ces décisions voté par les 23 élus UMP du département a été combattu avec acharnement par les élus de gauche mais en vain ... la majorité est libre de ces choix. Aux Sarthois de juger. En tout cas, une chose est claire : ce n'est que le début.


Partager cet article

Commenter cet article

blagman 15/08/2008 12:26

Merci pour les précisions : je ne connais pas encore les villes dites riches et celles dites pauvres.

C'est assez bizarre la vie de conseils, très souvent les dépenses de prestiges sont fustigées par l'opposition... J'ai récemment lu l'exemple du conseil régionnal des Pays de la Loire où l'opposition UMP jugeait que les socialistes dépensaient trop.

Je vais me faire l'avocat du diable (juste par esprit de contradiction, mon explication ne me convainc qu'à moitié) :
Les aides aux écoles, ça ne rapporte rien de concret au département, alors que l'aide à l'ASO, ça permet d'organiser une épreuve qui fait venir plein de monde : c'est bon pour le commerce et le tourisme...

Ce qui serait quand même plus malin, c'est de proposer une avance à ASO et si les bénéfices sont intéressants, alors ASO se doit d'en reverser une partie au CG72. S'il n'y a pas de bénéfice, tant pis pour le CG72. Ce serait une gestion plus intéressante pour tout le monde

blagman 15/08/2008 00:08

billet un peu partisan mais bon ;).

Comme quoi, c'est possible d'avoir une politique nationale et locale cohérente : on n'a ni idées ni ambitions, et pour combler la dette, ou essayer, on rogne où c'est encore possible. Et si on peut, sans trop en prendre à nos copains...

le graphique de l'augmentation est un peu incompréhensible : comment l'augmentation de la part départementale de la taxe d'habitation peut être 2 ou 3 à Bouloire ou Bonnétable et de 50 à Rouillon ?

J'ose espéré que ce n'est pas en fonction de la provenance des élus du conseil général... Quoique je remarque une Monsieur Rouillon dans votre équipe... Serait-ce une attaque personnelle ? ;)

Tiens, ça me fait penser que j'aurais la taxe d'habitation à payer cette année :( aïe aïe aïe

Vous proposiez quoi avec vos collègues pour essayer d'équilibrer le budget ?

Christophe Counil 15/08/2008 11:01


Je ne suis pas certain que mon billet soit si partisan ... car, il ne relate que la stricte vérité ; je tiens le recueil des délibérations à votre disposition si vous souhaitez vérifier mes
propos.

La différence entre Bouloire (+2€) et Rouillon - rien n'a voir avec le Maire de Coulaines - (+50€) est liée à deux éléments :
- la différence entre les valeurs locatives moyennes communales : 1582 € à Bouloire contre 3250 € à Rouillon alors que désormais s'applique la seule valeur locative moyenne départementale s'élevant
à 2125 €.
- la différence entre le montant des abattements précédemment appliqués : 554 à Bouloire contre 1122 à Rouillon. Désormais, tout le monde est logée à la même enseigne pour la aprt départementale de
la TH soit 531 € pour deux enfants.

Cela peut sembler plus juste mais dans les faits ce sont donc les habitants des communes ou la TH est la plus élevée qui vont subir des hausses assez fortes d'impôts alors que dans les petites
communes rurales où les habitants paient très peu d'impôts vont voir la TH diminuer. Pourtant, ce sont ceux qui bénéficient le plus des aides du département. Il ne faut jamais oublier que plus de
la moitié des recettes fiscales du Cg viennent de la métropole mancelle alors que celle-ci est exclue de nombreuses aides départementales.

Enfin, de notre côté nous aurions commencer par diviser par deux les dépenses de prestige du Cg : communication, réception ... et je peux vous dire que cela aurait commencer par représenter une
grosse économie.

Ainsi alors que la suppression des aides aux écoles maternelles et primaires va représenter 70 000 € d'économies par an ... dans le même temps les élus UMP ont voté une subvention de 80 000 € pour
la course Le Mans Classic. A chacun ses priorités ...