Le Blog-notes de Christophe COUNIL

1981 - 2012 : les évolutions du paysage politique sarthois

Après trois défaites successives, la gauche a remporté l’élection présidentielle. Beaucoup a été écrit et dit sur cet évènement politique majeur tant sur sa signification  (s’agit-il d’un vote de rejet ou d’un vote d’adhésion) que sur les modalités de cette victoire de la gauche et de cet échec du Président sortant. Pour autant, cet évènement mérite d’être éclairé au travers du prisme de la géographie électorale, dans la mesure où la dimension spatiale du vote est de plus en plus importante.


Le fait que François Hollande ait emporté l’élection présidentielle en obtenant quasiment le même résultat que François Mitterrand en 1981 (51.6% contre 51.8% à l’époque) a alimenté les commentaires sur la permanence immuable du rapport gauche / droite en France. Pour autant, à y regarder de plus près, on constate derrière cette stabilité en surface de forts bouleversements. Ainsi, l’élection présidentielle confirme une progression très sensible de la gauche dans l’Ouest de la France et inversement une érosion importante de ses positions dans l’Est et le Sud-est.

 

 

Présidentielles 1981 - 2012 : écart entre le vote Hollande en 2012

et le vote Mitterrand en 1981 au second tour 

 

Ecarts-81-12.jpg

 

                           Légende carte géo


Notre département n’échappe à cette tendance avec un écart de près de 2% entre le résultat obtenu par François Mitterrand en 1981 et celui obtenu par François Hollande 31 ans plus tard. Cette petite étude se propose de regarder dans le détail les évolutions du vote de gauche à l’échelle des cantons de notre Département. Quatre d'entre-elles ont plus spécifiquement retenu mon attention :


L’ancrage à gauche de l’agglomération mancelle 

A l’exception du canton Le Mans Centre, l’ensemble des cantons de l’agglomération mancelle ont placé François Hollande largement en tête au second tour de l’élection présidentielle ; cela n’était pas le cas en 1981. Hormis les deux cantons du Sud du Mans (du fait d’une abstention résiduelle désormais forte), la gauche est en progression sur l’ensemble du territoire y compris sur le canton Le Mans centre (+ 11 points entre 1981 et 2012).

 

‚Une poussée de la gauche dans l’Ouest du Département

Longtemps considéré comme une terre de mission, l’Ouest du Département voit une progression très importante de la Gauche notamment dans les cantons proches de l’agglomération mancelle comme celui de Loué ou de Conlie. De même, il convient de signaler les progressions significatives enregistrées dans les cantons de Malicorne, Sablé ou encore Beaumont-sur-Sarthe. Les victoires aux élections législatives dans les deux circonscriptions de l’Ouest sarthois viennent confirmer cette évolution. 

 

ƒLe maintien d’une tradition de gauche dans le Sud et l’Est

Bien qu’acquis à la Gauche, les cantons de Mayet et Pontvallain sont marqués par un recul de la Gauche. Par contre, la progression est sensible dans les cantons de Montfort-le-Gesnois, Bouloire, Saint-Calais ou le Grand-Lucé qui apparaissent désormais comme des territoires de gauche.

 

„Le recul de la gauche dans la vallée du Loir, le Perche Sarthois et le Nord-Sarthe

Hormis le canton de La Flèche, la Gauche est en recul dans l’ensemble de ces territoires. C’est notamment le cas sur les cantons de Château-du-Loir, Tuffé et La Ferté-Bernard dans lesquels le résultat du candidat socialiste est en fort repli sur la période étudiée. Dans le Nord-Sarthe, l’influence d’Alençon reste finalement assez modérée puisque on note également un repli du vote de gauche sur le canton de Saint-Paterne.

 

 

 A mon sens, plusieurs éléments peuvent expliquer ces évolutions :

 

- L’extension de l’aire urbaine mancelle : Le développement de la périurbanisation dans la 1ère et 2ème couronne mancelle a conduit à des modifications sociologiques importantes à travers la diminution du poids de la population rurale au profit d’une population d’origine urbaine davantage encline à voter à gauche. Le canton de Conlie est à ce sujet exemplaire, le candidat de gauche y progresse de plus de huit points en trente ans.

 

- Des évolutions dans les mentalités rurales : Dans les territoires traditionnellement ruraux et historiquement catholiques - notamment l’Ouest de la Sarthe -, l’urbanisation, le recul de l’agriculture et de la pratique religieuse ont favorisé une progression de la gauche depuis le début des années 80. Si la religion a perdu du terrain dans ces régions, la culture catholique continue d’imprégner indirectement les mentalités locales, plutôt en phase avec des discours politiques modérés et pro-européens. C’est dans ce contexte qu’un Parti socialiste au discours recentré par rapport à la fin des années 1970 (abandon de la référence à la lutte des classes, fin de la guerre scolaire …) a su accroitre sensiblement son audience quand le discours de la droite sarkozyste, beaucoup plus dur que celui que tenait la droite à l’époque sur des sujets comme la construction européenne, l’immigration ou la sécurité, semble désormais beaucoup moins en phase dans ces territoires.

 

- Les disparités dans le réseau des militants et élus : L’influence des réseaux militants et / où élus est également essentielle dans les évolutions constatées. En effet, la Gauche progresse dans les territoires où elle est parvenue à renforcer sa présence élective (canton de Montfort-le-Gesnois, Malicorne-sur-Sarthe) alors qu’elle tend à baisser dans les cantons où elle est insuffisamment représentée (Mayet, La Ferté-Bernard).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article