Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Un projet de développement économique ambitieux :

Le Parc d'Activités Le Mans Sud développement

Il y a une douzaine d'années, les collectivités locales ont encouragé et accompagné un projet initié par le groupe Philips dans le domaine de la téléphonie. Les espoirs fondés alors sur ces nouvelles technologies ont été, dans un premier temps, porteurs d'un développement important puisqu'en 2000, le site Philips du Mans avait atteint un effectif de 2600 permanents auxquels s'ajoutaient près de 800 intérimaires.


Cependant, victime d'un retournement brutal de la situation avec le transfert de toutes les activités de fabrication, montage et assemblage vers l'Asie, le site Philips a perdu de plus en plus d'importance et ne compte plus aujourd'hui que six cent personnes réparties entre trois entreprises différentes.

Or, le secteur Recherche et Développement toujours présent au Mans avec les 450 ingénieurs et cadres de la société NXP doit prochainement rejoindre les locaux de Novaxud actuellement en construction sur les anciens terrains du Centre Hospitalier Spécialisé en gare Sud. De plus, la relocalisation de 170 salariés des sociétés AVANTEC et Philips, fait l'objet d'études pour une réimplantation en centre ville, à Novaxud ou sur le site même.

Ces transferts vont ainsi libérer les emprises du Campus Technology, propriété de Philips, que cette société cherche à céder. Pour éviter la naissance d'une friche industrielle, Le Mans Métropole lors du Conseil du 10 avril a décidé de mettre en œuvre une action de réindustrialisation en lançant le Parc d'Activités Le Mans Sud Développement sur près de 74 hectares.

Cette nouvelle zone d'activités pourrait se développer, dans un premier temps, sur l'emprise Philips et sur des réserves foncières propriétés de Le Mans Métropole et de Renault pour un total d'environ 17 ha.

Dans un deuxième temps, le Parc d'activités Le Mans Sud Développement pourrait se développer sur les terrains voisins de la gare de Triage (42 hectares disponibles) et de l'Étamat (15 hectares appartement à l'armée).

Des franchissements sous la voie ferrée assureraient les liaisons avec la zone industrielle Sud, et des raccordements avec la Route d'Angers permettraient une bonne desserte avec Paris et Tours par la Déviation Sud Est en permettant également de délester les avenues Geneslay, Durand et Jean Mac de la circulation de transit.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article