Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Ouest-France : "La Gauche est prête"

Ouest-France.jpgLe groupe des élus de gauche est déterminé à prendre le département en mars. La majorité sortante est déterminée à le conserver.

La pression monte d'un cran. Mardi après-midi, à l'issue de la dernière séance du conseil général dédiée au vote du budget 2008, les conseillers généraux et candidats aux cantonales du groupe des élus de gauche et républicains ont dévoilé leur « projet pour la Sarthe et les Sarthois ». C'était au Mans. Salle Barbara. Et ça tient en « dix propositions innovantes ». Le lendemain après-midi (hier), les conseillers généraux et candidats aux cantonales de la majorité sortante ont fait la même chose [pour la première fois depuis très longtemps].
 
Deux conférences de presse du même tonneau à 24 heures d'intervalle ? La campagne pour les cantonales, « l'autre » élection, parent pauvre des si populaires municipales, change de cadre. Cette année, les candidats ne feront pas seulement campagne dans leurs cantons respectifs. Cette année, les deux côtés vont se concentrer sur un nouvel enjeu : la possible bascule du conseil général à gauche.
 
Clairement positionnée à droite depuis 1979, la Sarthe peut-elle changer de bord le 16 mars ? Oui, si la gauche parvient à prendre au moins quatre cantons à la droite sur les 21 renouvelables... sans en perdre un seul.  […]
 
A gauche, en « off », on se verrait bien « récupérer » les cantons d'Écommoy, Ballon, Le Mans Nord Ville, Vibraye et Pontvallain. Tout en redoutant de « perdre » ceux de Bonnétable et Bouloire. On compte sur l'impopularité croissante de Nicolas Sarkozy. On espère un « vote sanction ». On invoque « le besoin de changement ». Et on y croit très fort.

« On me demande régulièrement si c'est vrai qu'on peut prendre le conseil général. Les électeurs m'en parlent sans cesse », assure le socialiste Christophe Counil, président du groupe des élus de gauche et républicains au conseil général. « Aujourd'hui, l'alternance est possible. La politique à la grand-papa de Roland du Luart doit cesser. On avance à un train-train de sénateur. Il faut changer. Nous sommes prêts, demain, à donner un nouveau souffle à la Sarthe. On a un projet. »

Stéphane Vernay, Ouest-France, le 14 février 2007

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article