Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Projet d'école "Espérance Banlieue". Pour nous, c'est non !

Déclaration conjointe d'Yves CALIPPE et Christophe COUNIL

Depuis plusieurs mois, les Quartiers Sud du Mans sont ciblés par des associations qui souhaitent y ouvrir des écoles privées hors contrat. Après l’école coranique dont l’ouverture au Ronceray est à ce jour bloquée, un nouveau projet porté par « Espérance Banlieue » semble se concrétiser dans les locaux de l’AFPA, avenue Georges Durand.

Élus de la République, nous ne sommes pas favorables à ces projets qui visent trop souvent au repli sur soi et à une forme d’endoctrinement des élèves qui y sont scolarisés. Nous saluons la position ferme exprimée par M. Stéphane LE FOLL au nom de la municipalité du Mans.

Nous souhaitons dénoncer les méthodes des responsables de l’association « Espérance Banlieue » qui, pour promouvoir leur projet, laissent entendre que nous y serions favorables. Nous nous réservons le droit de déposer plainte auprès de M. le Procureur de la République en cas de récidives de leur part.

Profondément attachés à l’école de la République, nous œuvrons au quotidien pour favoriser la réussite de tous les élèves dans un cadre commun qui s’appuie sur un socle de valeurs fondamentales et universelles. Nous saluons l’engagement des équipes éducatives des Quartiers Sud dans ce combat commun.

Nous appelons les parents d’élèves des Quartiers Sud du Mans à la plus grande vigilance devant le discours propagandiste des porteurs de ce projet. Car derrière une apparence séduisante, ce projet repose sur des valeurs qui ne sont pas les nôtres et sur une vision rétrograde de l’enseignement et de la société.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

potier 04/07/2019 13:01

Abrutir est un art. Les prêtres des différents cultes appelle cet art "Liberté d'enseignement". Ils n'y mettent aucune mauvaise intention, ayant eux-mêmes été exposés à la mutilation d'intelligence qu'ils voudraient pratiquer après l'avoir subie. Le castrat faisant l'eunuque, cela s'appelle l'enseignement libre.
Extrait du discours que Victor HUGO prononça à l'Assemblée Législative le 14 janvier 1850, au moment où vint en discussion la loi présentée par le comte de Falloux, loi qui devait ouvrir un belle carrière à l'enseignement confessionnel.
Et c'est bien d'amputation d'intelligence qu'il s'agit.

JOSSELINE PERREUX 04/07/2019 06:33

Bravo.Il faut dire les choses avec clarte