Le Blog-notes de Christophe COUNIL

État d’urgence au foyer de l’enfance

Communiqué de presse du groupe des élus de gauche du Conseil départemental

 

Géré par le Conseil départemental, le Foyer de l’enfance ne remplit plus sa mission d’aide, de soutien et de protection des enfants et des adolescents qui lui sont confiés. Les enfants accueillis et les personnels sont agressés, maltraités par quelques mineurs violents, perturbateurs et parfois même délinquants.

 

Depuis novembre dernier, le Conseil Départemental a externalisé le Centre Maternel fin de protéger les mères de famille et leurs jeunes enfants de moins de trois ans. Reste que la situation aujourd’hui sur le foyer de l’enfance relève de l’urgence à agir.

 

Les bâtiments sont dégradés, l’intégrité physique des enfants est atteinte, les personnels sont agressés verbalement au quotidien, voire subissent des coups nécessitant parfois une hospitalisation. La violence est donc devenue banale, les projets individualisés sont remis en cause avec une perte de sens des accompagnements éducatifs.

 

Le foyer de l’enfance a une capacité de 30 places mais accueille régulièrement un nombre d’enfants et d’adolescents plus proche de la quarantaine. Il est le dernier maillon d’un parcours parfois très chaotique d’enfants en rupture familiale, scolaire, sociale ou en placement judiciaire. Cette diversification des causes d’accueil, le mélange des âges, la promiscuité des troubles du comportement, les profils délictueux de certains adolescents et la surcharge du nombre de résidents créent les conditions explosives qui remettent en question ce type de structure.

 

Face à cette situation d’urgence et de crise, il faut apporter une réponse exceptionnelle. Il ne suffit plus de s’arc-bouter sur le projet de service prévu pour le moyen et le long terme. A titre temporaire des mesures de sortie de crise doivent être proposées afin de rassurer et de sécuriser les personnels, que nous soutenons dans leur action. L’absentéisme n’ayant jamais été aussi important. Trouvons des solutions pour rendre attractif le travail afin faciliter les nouvelles embauches de personnels qui aujourd’hui fuient cette structure.

 

Les responsabilités des acteurs tout au long des parcours décisionnels concernant les jeunes doivent être posées. Le rôle de chacun, justice, Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ), Éducation nationale, Conseil départemental, mérite une réflexion concertée entre ces différents acteurs afin d’éviter que les uns et les autres n’enveniment d’avantage cette situation inextricable, soit par leur décision ou par l’absence de décision. Il n’est plus possible de faire le dos rond et d’attendre que certains jeunes perturbateurs quittent le foyer pour penser que cela ira mieux demain. Il faut agir maintenant !

État d’urgence au foyer de l’enfance

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article