Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Lutte contre les stationnements anarchiques : 3 mois pour revoir le dispositif actuel

Lors de la présentation à la presse du 3 octobre 2017 de l’opération « véhicule LAPI », nous avions précisé que nous souhaitions observer une période d’essai de 6 mois, le temps de durée de la location du véhicule, avant de nous positionner de manière définitive sur l’acquisition d’un tel véhicule (cf. Le Maine Libre du 4 octobre 2017).

 

La location de cette voiture s’inscrit dans le plan de lutte contre les stationnements gênants et très gênants pour lesquels la Municipalité est quotidiennement sollicitée. La priorité a été donnée à la prévention par le passage de la voiture et non à la répression puisque sur cette période la voiture LAPI a dressé en moyenne une trentaine de verbalisation par jour.

 

Pour mémoire, elle est utilisée pour verbaliser les stationnements gênants (35€) et très gênants notamment sur les trottoirs, les bandes cyclables et les passages piétons (135€).

 

Cette période d’expérimentation sur 6 mois permet de faire deux constats :

 

1°) Une évolution des comportements avec une vigilance plus grande des automobilistes qui a permis de réduire les stationnements sur les trottoirs mais aussi les stationnements anarchiques aux sorties des écoles.

 

2°) De nombreuses interrogations sur les conditions dans lesquelles sont mises les contraventions après un simple passage de voiture qui, en outre, nécessite que chaque soir soit procédé à un examen de l’ensemble des photos de stationnements irréguliers pour ne retenir que ceux qui étaient les plus gênants (une trentaine en moyenne par jour).

 

Ces constats et interrogations nous ont conduit à suspendre pour trois mois l’utilisation de ce dispositif, le temps de regarder la manière dont il serait susceptible d’être amélioré en renforçant les garanties d’équité de traitement des situations et de voir comment il serait possible de requalifier en stationnement gênant les stationnements sur trottoir ne présentant pas un caractère dangereux.

 

Cette période va également nous permettre de tester une formule alternative avec une équipe volante qui devrait être en mesure de faire le même travail mais avec plus de discernement et d’efficacité.

 

Depuis cette annonce, les réactions positives ou négatives se sont multipliées. Je crois qu’il ne faut pas confondre la politique menée avec l’outil utilisé.

 

En effet, la politique municipale de lutte contre les stationnements anarchiques n’est en aucun cas remise en cause. Elle sera poursuivie. Par contre, nous changeons d’outil car nous ne sommes pas totalement convaincus par l’utilisation de la voiture LAPI. D’ailleurs, le faible nombre de PV mis chaque jour (31 en moyenne) montre que l’outil n’est pas forcément le plus adapté.

 

A l’issue de cette période de trois mois, nous prendrons une décision définitive sur l’usage ou non du véhicule LAPI dans le cadre d’un débat au Conseil municipal.

Lors de la conférence de presse du jeudi 15 février 2018 avec Jean-Claude BOULARD, Maire du Mans et Daniel PÉNEAUD, Directeur du service Prévention - Sécurité

Lors de la conférence de presse du jeudi 15 février 2018 avec Jean-Claude BOULARD, Maire du Mans et Daniel PÉNEAUD, Directeur du service Prévention - Sécurité

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Onpjf 11/03/2018 14:39

Bonjour,
Plusieurs remarques sur Twitter sans réponse sur le même sujet. Dernière en date après discussion avec un ASVP sur le marché du pâtis au sujet d’une voiture garée le trottoir: réponse de l’autorité “ pas de verbalisation,ici c’est politique”.Il ne serait pas là le problème des incivilités au Mans à force de ne pas se fâcher on tolère l’intolerable Y compris les règles du code la route.
On attend un mort ou un blessé grave à cause d’une voiture mal garée au Mans?
Bien cordialement.

Christophe Counil 12/03/2018 21:03

Bonjour,

Bien eu votre message sur mon blog. Suite à vos alertes sur Twitter, je me suis rendu sur place pour constater la réalité des faits décrits (j’ai pour habitude de ne pas répondre sur twitter qui n’est pas le plus approprié à cela). La situation est, en effet, complexe comme sur de nombreux marchés.

Je ne peux que vous confirmez la décision de ne pas verbaliser du fait de l’absence de stationnement autour des marchés. Ils sont déjà assez mal en point économiquement pour ne pas les déstabiliser encore plus. Toutefois, des consignes ont été données pour verbaliser les stationnements très dangereux comme sur les passages piétons.

Ma réponse n’est pas forcément satisfaisante, je le conçois mais il nous faut parfois ménager des choses bien inconciliables.

Cordialement.

ChC

potier 23/02/2018 22:30

Depuis que la voiture LAPI est au garage, les trottoirs ont repris du service...difficile de slalomer entre voitures et crottes de chiens.
apotier.

Jeanne à vélo 19/02/2018 13:44

Bonjour,

Il y a comme une contradiction entre la phrase qui indique "un examen de l’ensemble des photos de stationnements irréguliers pour ne retenir que ceux qui étaient les plus gênants (une trentaine en moyenne par jour)" et celle qui précise "D’ailleurs, le faible nombre de PV mis chaque jour (31 en moyenne) montre que l’outil n’est pas forcément le plus adapté."

Si le nombre paraît faible c'est qu'en amont un tri (sur quels critères ?) a déjà été fait.

Christophe Counil 12/03/2018 21:04

Vous n'avez pas tort sur la contradiction du texte. L'absence de critères précis sur le tri et surtout la nécessité de trier les photographies nous ont conduit à cette suspension.

niepceron daniel 19/02/2018 08:12

désolé mais je ne vois aucun changement concernant le stationnement anarchique,le stationnement devant chez moi est en permanence rempli:
inconvénients :un boitier électrique a été bousculé
les gens qui veulent passer s'appuient sur ma cloture en plastique(si elle cede ce ne sera personne)
un ami voulant venir chez moi ne pouvant passer sur le trottoir marchait dans la rue il n'a pas entendu une voiture venant derriere lui,son coude a été touché par un rétro et le conducteur l'a insulté
la semaine derniere un handicapé en fauteuil roulant a été obligé de rouler sur la chaussée
d'autre part le mans est une ville salle notre quartier est jonché de papiers etc...sans parler des déjections canines(je ne comprend pas alors qu'à 300 m il y a un immense parking les proprietaires de chiens qui je suppose promenent leur animal tous les jours ne peuvent pas faire quelques pas.....abherrant!!:....mr niepceron