Le Blog-notes de Christophe COUNIL

Retour sur la session du Conseil départemental du 16 octobre 2017

 

Lors de la dernière session du Conseil départemental, le 16 octobre dernier, je suis intervenu à plusieurs reprises dans le débat.

Je vous propose quelques extraits de mes interventions :

 

  • Préparation du Congrès des Départements de France

« Dans un contexte de fractures sociétales et territoriales croissantes, les Départements dont le cœur de métier est la Solidarité possèdent l’une des clés de la solution. Mais, encore faut-il qu’ils en aient encore la possibilité. En effet, depuis plus d’une dizaine d’années, les Conseils départementaux ont été maltraités par les Gouvernements successifs : transfert de charge non compensés, perte de recettes fiscales, diminution des dotations financières …

Malheureusement, sur ce sujet, le nouveau gouvernement fait preuve d’une certaine forme de continuité comme en témoignent les décisions brutales de ces dernières semaines qui viennent remettre en cause les solidarités territoriales : suppression des contrats aidés, réduction de 300 millions des crédits aux collectivités locales, réforme absurde des APL …

Si, je suis peu enclin à soutenir l’action du Président Macron, je pense, toutefois, qu’il faut lui laisser du temps ! Toutefois, le lien de confiance entre l’État et les Départements n’étant pas rétabli, je pense qu’il est nécessaire de poser un certain nombre d’exigences.

A mon sens, les Départements doivent retrouver des marges de manœuvres financières. Cela passe à la fois par le financement national des allocations de solidarité (RSA, APA et PCH) et par l’attribution d’une part de recettes nouvelles à travers une part de la CSG qui constituerait une ressource dynamique et cohérente avec nos compétences de solidarité.

Enfin, il est nécessaire de rappeler que nous nous opposeront à toute intervention de l’Etat dans l’élaboration et l’exécution de nos budgets qui serait de nature à contrevenir au principe constitutionnel de libre administration des collectivités comme la logique des contrats telle que proposée actuellement par le Gouvernement. » 

  • Démographie médicale

« A quelques semaines de l’approbation de la nouvelle carte régionale qui définira les modalités d’aide à l’installation des médecins généralistes, les propositions actuellement sur la table ne sont pas satisfaisantes.

En effet, il n’est pas possible que la Ville du Mans soit à nouveau exclue des dispositifs alors même que les besoins sont importants. La Ville du Mans compte, aujourd’hui, 84 médecins généralistes soit une densité de 1 médecin 1 800 habitants. 36 généralistes ont plus de 62 ans et partiront en retraite dans les prochaines années. Les médecins sont surchargés de travail et de nombreux patients ne sont plus pris en charge de façon satisfaisante.

Face à cette situation, nous attendons que le Conseil départemental soutienne les efforts de la Ville du Mans pour qu’une partie du territoire municipale puisse être classé en zone prioritaire. »

  • Développement numérique

« Je mets en garde la majorité départementale sur le discours actuellement développé en matière de numérique. Il est illusoire de faire croire que tous les Sarthois auront demain une connexion très haut débit via la fibre optique. La même erreur a été commise, il y a plusieurs années, au même du déploiement du haut débit … beaucoup de Sarthois ont été très déçus. »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article